Le blog de voyage de Gen et Pierre

Urbex à Liège

Le fort de la Chartreuse, royaume de l'Urbex à Liège

Le fort de la Chartreuse, royaume de l’Urbex à Liège

Au pied de la Côte de Robermont, dirigez-vous vers la droite. Le site du fort de la Chartreuse se trouve au sommet de la rue en forte pente. Après s’être garé, franchir les grilles et la surprenante visite commence. Parc et fort, tout est gratuit. Il est nécessaire de prévoir des chaussures pas trop dégagées car de nombreux débris et déchets jonchent le sol des bâtiments. Rien n’étant sécurisé, la plus grande prudence s’impose également, notamment pour les enfants. Il s’agit quand même d’une ruine. Quant au parc, à plusieurs endroits, il propose de très jolis points de vue sur la ville de Liège.

Un peu d’histoire

« Le nom de Chartreuse fait référence à une communauté de moines chartreux installée sur le Mont Cornillon au milieu du 14e siècle », expliquent les cahiers de l’urbanisme de la ville de Liège. « La vocation militaire du site est également fort ancienne : sa première fortification pourrait remonter à la fin du 13e siècle. A la fin du 17e siècle, des ouvrages de défense sont érigés pour protéger le couvent. Le monastère est ensuite occupé par les Hollandais qui le transforment en forteresse. Les fortifications seront toutefois rasées par les moines en 1703 lors de la reconstruction de leur abbaye. Sous le régime français, le couvent est pillé et vendu à des particuliers. A son emplacement sera installée au cours du 19e siècle une nouvelle communauté religieuse : les petites sœurs des pauvres. »

Entre 1817 et 1823, les Hollandais décident de reconstruire une nouvelle forteresse sur le site de Cornillon. Ils veulent rendre à Liège sa qualité de place de guerre et l’inscrire dans un ensemble de forts protégeant la frontière sud du nouveau royaume des Pays-Bas contre un éventuel assaut de l’ennemi français. Il pourra accueillir plusieurs milliers d’hommes et surplombera la vallée de la Meuse et même celle de l’Ourthe. Il aura la forme d’un polygone doté de cinq bastions et de cinq demi-lunes.

Démilitarisé en 1981

L’armement ayant évolué, le fort ne jouera jamais de rôle important. En 1891, il est déclassé et devient une simple caserne. Il sert de prison pour les patriotes belges durant la Première guerre mondiale. Vers la fin de la Seconde guerre mondiale, l’armée américaine l’utilise comme hôpital militaire. De moins en moins utile à la Défense, il est démilitarisé en 1981. Les derniers militaires le quittent en 1988.

Source: Journal “Le Soir”

URBEX

Liège

chartreuse

Autour du fort

Articles associés

Liège, quartier des Guillemins

Liège, quartier des Guillemins

Mal famé pendant des décennies, le quartier reprend vie.
Petite balade au soleil à la gare, au sein des chantiers environnants et vers la Boverie et la nouvelle passerelle sur la Meuse.

lire plus
Liège, Saint-Paul

Liège, Saint-Paul

La Cathédrale Saint-Paul, ses vitraux, sa lumière, petite plongée dans l’art religieux liégeois et dans l’histoire de ce fabuleux édifice qui devient une cathédrale à la disparition de celle de Saint-Lambert lors de la révolution liégeoise

lire plus
Afrique du sud
Inde
Namibie
Sénégal
Japon
France
Afrique du Sud, le nord
Afrique du Sud, le sud
Afrique du Sud, le centre
Afrique du Sud, l’est
Namibie
Sénégal
Maroc
Québec
Villes d’Europe
En France
New York

Belgique

Inde
Vietnam
Népal
Activités
Actualités
Excursions
Les animaux
Afrique
Afrique du Sud
Namibie
Sénégal
Asie
Japon
Inde
Vietnam
Europe
Belgique
France
Québec
Architecture
Art
Aventure
Choquant?
Découverte
Etrange
Fun
Les gens
Nature
Religions
Ville

Pin It on Pinterest

Share This